Support 01 76 50 37 77
Espace pro

Compteur voiture

Choisissez une marque

Compteur voiture d'occasion, les choses Ă  savoir

Le compteur de votre véhicule automobile est un indicateur essentiel qui figure sur votre tableau de bord. Il met à votre disposition de précieuses informations sur votre vitesse de déplacement, vous permettant ainsi d’adapter votre allure en fonction de l’endroit où vous vous trouvez (sur route ou en agglomération). Cet équipement fondamental évolue constamment grâce aux nouvelles technologies, de sorte que les véhicules les plus récents embarquent désormais un affichage numérique ou GPS en lieu et place de la technologie analogique traditionnelle. Si vous souhaitez en savoir plus sur les fonctionnalités de votre compteur de voiture, et savoir comment le remplacer en cas de besoin, prenez connaissance des quelques lignes ci-dessous.

Le compteur de vitesse et ses origines

Le compteur de vitesse ou « indicateur de vitesse » a pour principale fonction d’indiquer au conducteur la vitesse de déplacement du véhicule. En ce sens, c’est un équipement essentiel pour adapter votre conduite selon les circonstances et maîtriser votre allure en fonction des règles imposées par le Code de la route. Sa présence sur le tableau de bord est devenue une obligation légale, et il équipe la plupart des engins motorisés. On le trouve généralement derrière le volant et au centre du tableau de bord selon les modèles de véhicule.

L’origine du compteur de vitesse remonte à loin, et semble se confondre avec la conception des premiers véhicules automobiles, dès la fin du XIXe siècle. En effet, c’est un Croate du nom de Josip Belušić qui invente l’indicateur de vitesse en 1887, avant que cet équipement soit breveté en 1888. Par la suite, cette technologie fera l’objet d’une présentation officielle à l’Exposition universelle de Paris. Les efforts de cet inventeur furent largement poursuivis par la suite, de sorte que certains brevets furent utilisés pendant près de 80 ans dans l’industrie automobile – c’est le cas par exemple de l’indicateur de vitesse conçu par le designer allemand Otto Schulze. En 1902, cet ingénieur expérimente un indicateur de vitesse d’un nouveau genre, basé sur un arbre rotatif et le magnétisme, ce qui aboutira ensuite aux indicateurs de vitesse analogiques que l’on a pu connaître au moins jusqu’à la fin des années 1980.

Par la suite, des capteurs de vitesse numérique furent installés dans les véhicules, permettant l’émergence de l’affichage numérique sur les tableaux de bord. Mais c’est véritablement l’invention du GPS pour mesurer la vitesse qui permit à la technologie de faire un bond en avant considérable, en devenant de véritables dispositifs « d’aide à la conduite ». La vitesse du véhicule est alors calculée par rapport au positionnement GPS de celui-ci. On parle alors volontiers de « tableau de bord virtuel » dont les principaux éléments s’adaptent aux circonstances de manière dynamique et affichent leurs données sur un écran de type LCD. En revanche, ce type d’équipement peut perdre en efficacité en agglomération, à cause du changement d’allure constant. À noter que les dispositifs de mesure électronique sont programmés pour afficher par défaut une vitesse de déplacement supérieure d’environ 10 % à la vitesse réelle. Un choix qui correspond à une volonté de la part des constructeurs de participer au renforcement de la sécurité routière.

Quels sont les différents types de compteurs ?

La vitesse de votre auto peut être mesurée à l’aide de deux types de compteurs : le compte-tours et l’indicateur de vitesse. Ces deux instruments de mesure sont censés vous informer de la vitesse de votre véhicule en temps réel. Le compte-tours, par exemple, analyse la vitesse de rotation du moteur ou « régime moteur » en fonction d’une unité de temps – généralement une unité de minute. Ainsi, la plupart des compte-tours indiquent le nombre de tours réalisés par le vilebrequin en une minute. C’est grâce aux indications fournies par le compte-tours que le conducteur peut modifier les rapports de la boîte de vitesses, pour ralentir ou accélérer. L’objectif du compte-tours est donc de permettre au moteur d’adapter une allure optimale, et de ne pas être en sous-régime ou en surrégime (pour ce dernier, une zone rouge visible sur l’indicateur prévient l’automobiliste).

L’indicateur de vitesse est le deuxième élément du tableau de bord qui vous renseigne sur l’allure du véhicule. Il vous permet de connaître votre vitesse, en relation avec la circulation et la signalisation imposée dans l’environnement direct de la voiture. On distingue trois familles d’indicateurs :

  • Les indicateurs ronds Ă  aiguille : il s’agit de l’équipement le plus couramment rencontrĂ© sur un tableau de bord. On y trouve intĂ©grĂ© un odomètre totalisateur ainsi qu’un compteur journalier ou « compteur kilomĂ©trique ». Celui-ci permet de connaĂ®tre la distance parcourue par votre vĂ©hicule. L’avantage de cet Ă©quipement rĂ©side dans sa parfaite lisibilitĂ©.
  • Les indicateurs linĂ©aires Ă  aiguille : il s’agit d’un modèle d’indicateur plutĂ´t rĂ©pandu entre les annĂ©es 60 et 70, qui a Ă©tĂ© Ă©clipsĂ© progressivement par les indicateurs ronds. Il se compose la plupart du temps d’une graduation linĂ©aire horizontale sur laquelle se dĂ©place l’aiguille.
  • Les indicateurs numĂ©riques: grâce Ă  cet Ă©quipement, la valeur de la vitesse est affichĂ©e directement sur un Ă©cran sur votre tableau de bord. C’est le modèle Twingo qui, Ă  partir de 1993, relance la mode de l’affichage numĂ©rique prĂ©sent sur certains vĂ©hicules du groupe Fiat entre 1980 et 1990.

Quelles sont les pannes fréquemment rencontrées avec le compte-tours ou l’indicateur de vitesse ?

Sachez que les indicateurs de vitesse présents sur le tableau de bord de votre voiture peuvent tomber en panne pour de multiples raisons. Voici quelques-unes des situations rencontrées par les automobilistes :

  • Le tachymètre du compte-tours n’affiche pas le rĂ©gime du moteur, l’aiguille reste statique ou sursaute sans aucune raison : le tachymètre est tout simplement l’instrument de mesure qui permet de dĂ©terminer la vitesse de dĂ©placement de votre vĂ©hicule lorsque celui-ci est en mouvement. Il peut se prĂ©senter sous la forme d’un dispositif numĂ©rique ou analogique. Le plus souvent, la panne provient d’une mauvaise qualitĂ© des contacts, ou d’un câblage dĂ©fectueux.
  • Le compteur de vitesse ne fonctionne plus/vous avez le sentiment que le tachymètre donne des informations peu prĂ©cises : la cause de la panne peut ĂŞtre multiple, et peut provenir par exemple du capteur de vitesse (si vous constatez que le totalisateur kilomĂ©trique fonctionne toujours), ou du micromoteur d’aiguille (si vous constatez que le totalisateur kilomĂ©trique fonctionne).

Sachez qu’il est tout à fait possible de remplacer le capteur de vitesse, qui se trouve sur certains modèles de véhicules de marque Renault ou Dacia sur la boîte de vitesses. Pour plus de sécurité durant les manipulations, on recommandera de débrancher la batterie. Le capteur de vitesse est accessible par le dessus en ouvrant le capot moteur. La plupart du temps, il vous faudra retirer le vase d’expansion (maintenu généralement par des écrous de 10), de manière à pouvoir passer la main. Tirez ensuite sur le connecteur, et enfichez le nouveau capteur dans le bon sens en tenant compte du positionnement des ergots. Replacez ensuite le vase d’expansion et n’oubliez pas de rebrancher le pôle négatif de la batterie. Le capteur de vitesse peut également faire l’objet d’un diagnostic avant le remplacement.

Comment remplacer un compte-tours ou compteur de vitesse ?

Avant de procéder au remplacement effectif de votre compteur de vitesse, sachez qu’il s’agit d’une manipulation extrêmement délicate qui répond à une réglementation stricte. En effet, les compteurs font l’objet d’une programmation spécifique à votre véhicule, de sorte qu’il est préférable de confier cette démarche à un professionnel de l’automobile, qui pourra vous délivrer toutes les certifications nécessaires. Un compteur digital, par exemple, intègre des données spécifiques telles que le kilométrage, mais aussi votre numéro unique de carte grise, le type de moteur ainsi que toutes vos options ! De fait, le remplacement de cet équipement peut conduire à de multiples erreurs techniques. Les mêmes phénomènes pourront se produire avec un compteur à aiguille, qui contient lui aussi des voyants spécifiques à la boîte de vitesses de votre véhicule.

NĂ©anmoins, voici les Ă©tapes Ă  suivre pour changer un compteur de voiture :

  • Commencez par retirer le câble nĂ©gatif de la batterie pour Ă©viter tout dommage Ă©lectrique sur le compteur de vitesse par la suite. Le câble est gĂ©nĂ©ralement maintenu par boulon.
  • Localisez les vis qui maintiennent le plastique du tableau de bord en place, Ă  l’aide d’un tournevis plat ou d’une clĂ© spĂ©cifique selon les cas. Ceci fait, retirez progressivement le groupe d’instruments, et dĂ©crochez l’ensemble des connecteurs.
  • Installez le nouveau compteur de vitesse dans l’espace laissĂ© vacant, puis serrez les boulons qui maintiennent en place le compteur. Replacez ensuite le couvercle plastique du tableau de bord. Tenez compte des ergots du couvercle durant la manipulation.

Sachez qu’on trouve généralement un compteur de vitesse pour la somme de 37 et jusqu’à plus de 100 euros – sans compter la main-d’œuvre, qui dépend avant tout des prix fixés par votre concessionnaire. Selon les professionnels, on relève les grilles suivantes(1) :

  • ContrĂ´le des composants Ă  l’aide d’outils de diagnostic : 78 minutes, soit 85 euros HT.
  • Remplacement effectif des pièces : 20 Ă  25 minutes soit 23 euros HT.
  • ContrĂ´le de remplacement et essai sur route : 30 minutes soit 30 euros HT.

Le compteur de vitesse et le compte-tours sont des équipements extrêmement sensibles, qui ne peuvent faire l’objet d’un remplacement par un compteur d’occasion sans que cela affecte durablement le bon fonctionnement de votre véhicule. Il est donc impératif de faire remplacer cet équipement par un modèle neuf auprès d’un concessionnaire de la marque de votre véhicule. Notons au passage que le report du kilométrage est autorisé par la loi, moyennant l’établissement d’une facture qui fera office d’acte officiel. L’authentification peut également se faire lors d’un contrôle technique de moins de 6 mois(2).

Top